Accueil > L’atea > L’atelier > La face obscure de l’Atea

La face obscure de l’Atea

article publié par Simon le 20 octobre 2006 (modifié le 20 octobre 2006 et consulté 562 fois).

Je me suis inscrit l’année dernières à l’ATEA, sans savoir à quoi m’attendre.

Tout semblait normal. Les anciens étaient gentils avec moi ; ils avaient plein de blagues entre eux que personne d’autre ne pouvait comprendre, et un comportement un peu étrange, mais rien qui ne m’alarmât. Puis, un jour, l’initiation : on a pris les nouveaux en photo l’un après l’autre contre un mur pour afficher le portrait de chacun sur internet. Ce fut le début de la descente. J’avais inconsciemment intégré une secte secrète. Ils se font passer pour une troupe de théâtre, mais leurs réunions hebdomadaires servent en fait à honorer le culte du libertinage. Leurs plaisanteries hermétiques dissimulent une mentalité dépouillée de tabou ; ils ne connaissent que la perversion.

Quand je dis « ils », je devrais dire « nous », car je suis désormais l’un d’eux. J’ai pris goût à leurs néfastes activités nocturnes. A plusieurs reprises, je me suis fait passer pour une femme sous les yeux de plus de trois cent spectateurs. J’ai feint le suicide devant tout le monde. Au cours d’une répétition, j’ai même vu deux femmes se transformer en ânesses. Le mal a contaminé jusqu’à ma parole et mes gestes. Donc voilà.

Bien que je sois encore capable de prendre un certain recul, je ne sortirai jamais indemne de ce périple. Ma morale est teintée de théâtre. Je vois des nouveaux venus, ignorants de ce qui se prépare. Je voudrais les prévenir, mais ma corruption est telle que je désire leur déchéance, espérant qu’un jour ils tomberont aussi bas que moi dans les limbes du mal. Alors prenez garde de cette joyeuse troupe, elle n’est que dramatique décadence.

Document(s) joint(s)

IMG/distant/jpg/normal_IMG_17e16.jpg
normal_IMG_1322.JPG
20 octobre 2006
JPEG / 12.2 ko

COMMENTAIRES
comments powered by Disqus

Partager